Charles a couru le marathon de Nantes

Après 2 mois de préparation pour le MDP de Paris, j’ai eu la bonne idée d’être positif au covid la veille…forfait et grosse déception.

Bien fatigué pendant qq jours, j’ai eu un certain temps pour me persuader qu’il fallait quand même courir un marathon histoire de boucler la boule (et de pas avoir fait mars sans alcool pour rien J).

Donc recherche sur le net, c’était soit Nantes soit Annecy en date les plus proches.

Ayant des amis à Nantes et pratique en tgv de Paris, je m’oriente sur la cité des Ducs.

Bon plus de dossards, j’en trouve un sur un site de ventes et d’échanges de derniers minutes et me voilà parti samedi soir à Nantes.

Seul bémol, le marathon se court sur 2 boucles presque identiques, découverte sympa à la première, passage devant bcp de monuments d’endroits jolis et finalement pas mal de monde sur le bord des rues à encourager. Nantes est une belle ville à découvrir.

Le second tour sera plus compliqué.

N’ayant fait que le marathon de Paris, j’ai été assez surpris de l’organisation et du peu de monde, tout était super fluide.

Des petits sas, je m'étais mis avec les 3h30 et j’étais à 15 m de la ligne.

Le speaker dit que c’est le 5eme marathon de France (4000 inscrits), ce qui m’étonne quand même.

On est d’ailleurs tous partis ensemble. Beau tps, départ à 9h30, température parfaite au départ, chaud par la suite.

Les premiers km me permettent de me situer et de m’apercevoir que mes jambes répondent bien malgré 15 jours au placard.

Donc plutôt en super forme, super sensations qui me font arriver au 25eme sur les bases de mon record (3h26), je passe le semi en 1h42, hyper frais et avec la banane.

Je double 2 meneurs d’allure 3H30 et je vois au loin celui de 3H15 qui me semble dans mes cordes.

Ça c’était jusqu’au 25eme.

L’euphorie s’arrête là d’un seul coup, après le ravitaillement.

J’ai eu pour la première fois des crampes aux deux jambes (je n’en avais jamais eu sur toutes mes courses précédentes), impossible de courir plus de 200m sans me mettre à marcher tant la douleur était intense.

J’ai même failli tomber 2 3 fois. Ça m'a rappelé la Sainté-Lyon mais là c’était sans verglas !

Bref un vrai calvaire pdt 17 km, j’alternais course et marche, les crampes ne sont jamais parties, je suis allé au bout quand même, assez content de pas avoir lâché mentalement... Le tps final est de 3h54, il montre bien l’écroulement mais reste bien sûr secondaire.

Je ne sais pas trop le « rôle » dû au covid, j’ai cherché covid et crampes mais RAS.

Au final, le parcours est plus dur que celui de Paris mais c’était quand même bien sympa. Le changement fait du bien !

Et puis 2 955 finisseurs, ca reste mon meilleur classement sur un marathon J.

Charles

 
Ajouter un commentaire