Marathon vert à Rennes

Week-end « marathon vert » en terres bretonnes

Samedi 22 octobre en fin de matinée, 13 d’entre nous avions rendez-vous à Montparnasse pour un nouveau départ en province, direction Rennes, afin d’activer nos gambettes et partager une nouvelle aventure humaine et collective sous l’égide de la section Running de CA Sports. Nous avions malheureusement enregistré la veille, le forfait du mythique couple DAUGE qui devait s’aligner en duo (chacun un semi) sur le marathon vert mais trop tardivement pour pouvoir leur trouver des remplaçants. De même, Bruno avait dû déclarer forfait à la fin de l’été mais, pour le coup, son remplaçant avait été trouvé en la personne de Nicolas qui, malgré un accident de scooter quelques jours avant le week-end, avait tenu à se joindre à l’équipée vers l’ouest.

Au moment du départ, seul Arnaud manquait à l’appel, coincé dans un train de banlieue transformé inopinément en omnibus par la SNCF qui, quoi qu’il se passe, nous réserve de charmantes surprises. Parvenu sur le quai quelques minutes après le départ, il dut se résoudre à prendre le TGV suivant.

Arrivés à Rennes, et malgré une petite erreur du GO qui s’est dirigé vers l’IBIS au nord de la gare alors qu’il avait réservé dans celui du sud, nous prîmes possession de nos chambres en mode relativement à l’aise puisque la chambre des DAUGE était libre de fait et que Nicolas, autochtone, allait souper et coucher chez l’habitant ce qui laissait l’opportunité à certains d’entre nous de ne pas prendre le risque de devoir supporter les ronflements d’un quelconque coturne.

Ensuite direction le traditionnel village marathon pour récupérer nos dossards, non sans passer devant une abjecte manifestation de récupération du décès de Lola, derrière une banderole « whites live matter » et apercevoir, au loin, un second rassemblement dont nous n’avons pas su déterminer le credo : non à l’école sans Dieu ? la grossesse à 6 mois ? Bretagne libre et socialiste ? Le mystère reste entier.

Au village, récupération des dossards, sauf pour Ismaël dont le binôme Nicolas était déjà passé en sortant du train, et photos volées de la marraine de l’épreuve Karine FERRI avant de se diriger vers le centre-ville après avoir récupéré Arnaud qui avait finalement réussi à nous rejoindre. Une 3ème manifestation (les anti-vax cette fois-ci), une chorale chantant extrêmement faux et chacun choisit son chemin pour l’après-midi, à vocation culturelle (librairie et promenade dans la ville pour Marie-Odile et Sylvie) ou plus arrosée en allant passer un peu de temps rue de la Soif ce qui, à Rennes, tient également lieu de culture. On en profita d’ailleurs pour trinquer à la toute fraîche retraite de Fouzia.

Après quelques verres, ceux qui devaient courir le soir même (le 10km Lamotte) retournèrent à l’hôtel pour se préparer et les autres se donnèrent rendez-vous dans un restaurant du centre-ville où nous réussîmes à manger quelques tagliatelles au lieu des frites accompagnant nos plats, histoire de nous donner l’illusion que nous préparions sérieusement notre épreuve dominicale.

Pendant ce temps, le 10 km Lamotte se déroulait et Arnaud et Briac claquaient des prestations impressionnantes avant que nous soyons sortis de table. Seule Françoise nous avait attendu et c’est sous nos applaudissements et encouragements qu’elle achevait la course à la dernière place devant les vélos qui fermaient la route mais une nouvelle fois victorieuse dans sa catégorie !

Après cela, direction nos chambrées même si Charles et moi avions rendez-vous avec David, membre de la section et autochtone également, qui passait dire bonjour et échanger après sa performance du marathon d’Amsterdam une semaine plus tôt (un peu moins de 2h45 ...). Nous devisions tranquillement devant l’hôtel quand nous croisâmes Arnaud et Briac qui, douchés après leur performance, partaient en ville pour se restaurer ce qui ne fût pas particulièrement simple à 22h30.

Au petit matin, Briac nous quitta pour rentrer à Paris fêter l’anniversaire de sa moitié, et pendant que Françoise faisait une grasse matinée bien méritée, le reste de la troupe pris la direction du départ, Ismaël un peu inquiet de ne pas retrouver Nicolas et son dossard, inquiétude heureusement rapidement levée.

Le départ des 1er relayeurs et d’Hadrien, seul à se lancer sur le parcours intégral, se fit au rythme lancinant des bombardes et les autres se dirigèrent tranquillement vers les zones de relais sans trop savoir où elles se situaient. Nous finîmes néanmoins par toutes les trouver et en suivant l’avancée de nos co-équipiers sur le live de l’épreuve nous pûmes nous positionner comme il faut et à l’heure malgré certains aller-retours récurrents aux toilettes (le « pipi » de stress).

Quand Charles arriva, j’en sortais tout juste et pu m’élancer sur l’asphalte peu avant Nicolas et Franck, respectivement en duo avec Ismaël et Raphaël. Du côté de l’unique quatuor participant, Fouzia avait déjà pris le relais d’Arnaud qui récidivait après sa course nocturne de la veille.

Malgré ce que nous avait annoncé Météo France, il ne pleuvait pas (il faisait même un peu chaud) et nous courûmes sans avoir besoin de nos cirés. Hadrien, calé à quelques mètres d’un meneur d’allure des 3h vit celui-ci abandonner (!) et se retrouva donc esseulé pour rallier l’arrivée en 3h06 un peu en deçà de ses espérances mais de façon assez logique deux semaines après envoyé sur les 20 kilomètres de Paris.

Derrière moi Nicolas tenait un bon rythme mais, novice dans l’exercice, explosa à la moitié de son semi. Il rallia néanmoins la ligne d’arrivée au courage et puisera nécessairement de cette expérience des enseignements salutaires pour ses prochaines sorties. Franck évoluait bravement en nous maudissant de l’avoir embarqué là-dedans. Marie-Odile, en relais de Fouzia, tenait son rythme fidèle à elle-même pour passer le témoin à Sylvie.

A l’approche du dernier kilomètre, les premiers relayeurs rejoignaient les derniers pour passer la ligne ensemble et, alors que la bière de la veille commençait à atteindre mon moral par le truchement de douleurs insoutenables dans les jambes, Charles me porta (« allez Poulet ! ») quasiment jusqu’au bout pour récupérer tee-shirt et boisson mais pas la médaille réservée aux « solos » (petite déception quand même). Ismaël et Nicolas ne se retrouvèrent malheureusement pas et passèrent la ligne chacun de son côté. Raphaël, confortablement installé en terrasse attendait Franck un peu inquiet de l’état dans lequel il allait le retrouver. Il arriva néanmoins et pu être accompagné par son binôme jusqu’à l’arrivée (avec Charles qui en profita pour récupérer un 2nd tee-shirt et une 2nde bière). On ne peut pas dire que Franck respirait la santé mais il était visiblement fier de sa performance, heureux d’être allé au bout de lui-même et ne semblait pas nous en vouloir particulièrement.

Et c’est alors que les premières gouttes de pluie tombaient que nous rentrâmes à l’hôtel tous les 4, bière en main et encourageant les derniers concurrents, pour nous doucher et retrouver le reste de la troupe.

Une fois nettoyés, nous cherchâmes une crêperie mais le dimanche à 15h à Rennes, on ne sert plus et nous dûmes renoncer à manger la moindre galette bretonne en nous rabattant sur la restauration rapide en gare. Seul Ismaël, qui avait décidé d’aller se promener en ville et de réaliser un reportage photo, pu obtenir le graal et déguster une crêpe sur le pouce.

Puis ce fut l’heure du retour, avec Arnaud cette fois-ci mais sans Nicolas qui prolongea son séjour, et chacun somnola ou se retira dans ses pensées (même si Françoise a quand même essayé de divertir son voisin Ismaël avec des anecdotes sur sa longue carrière) avant l’arrivée à Montparnasse où nous nous séparâmes contents de nous et, évidemment, partants pour de nouvelles aventures. Pour la petite histoire, nous avons parcouru collectivement 240 kilomètres ce qui occasionnera le plantage de 240 arbres en Inde, Allemagne et France par la fondation Yves Rocher partenaire du Marathon Vert.

Les résultats

La 10 km Lamotte (Rennes) Date Samedi 22 octobre 2022
1345 arrivants     Distance 10 kms
voir ses résultats,voir ses résultats,voir ses résultats
Classement NOM Prénom Temps officiel Temps réel Classement catégorie Arrivants Catégorie Catégorie
111 PELLOIN Arnaud 00:37:04 00:36:59 3 64 M2H
208 DESMARCHELIER Briac 00:40:51 00:40:44 102 334 SEH
1345 LE GALL Françoise 01:21:18 01:20:03 1 1 M8F
         
Le Marathon vert (Rennes) Date Dimanche 23 octobre 2022
1153 arrivants     Distance 42,195 kms
Classement NOM Prénom Temps officiel Temps réel Classement catégorie Arrivants Catégorie Catégorie
128 FORNARA Hadrien 03:06:50 03:06:31 42 279 SEH
         
Le Marathon duo (Rennes) Date Dimanche 23 octobre 2022
446 arrivants     Distance 42,195 kms
Classement NOM Prénom Temps officiel Temps réel Classement catégorie Arrivants Catégorie Catégorie
148 LESCOAT Charles 03:28:38        
DUCHESNE Benoit
393 MILED Ismaël 04:17:48        
MENARD Nicolas
437 MAURY Raphaël 04:49:09        
AUDIBERT Franck
         
Le Marathon relais (Rennes) Date Dimanche 23 octobre 2022
768 arrivants     Distance 42,195 kms
Classement NOM Prénom Temps officiel Temps réel Classement catégorie Arrivants Catégorie Catégorie
644 PELLOIN Arnaud 04:11:10        
JACQUETIN Fouzia        
BOUCHÉ Marie-Odile        
ZENNARO Sylvie        
Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 31/10/2022